Archives de catégorie : Abécédaire

monade

la monade 

définition

définition du Larousse: substance simple qui exprime l’univers dans la totalité, et qui est en relation avec tout les autre monade, dont l’ensemble tout entier constitue l’univers.

étymologie

cela vient du mot unité en grecque, µovàç(monas).

synonyme et antonyme

comme synonyme de monade nous avons atome, ici atome est a voir comme quelque chose d’indivisible. nous avons également l’unité, car la monade est vue également comme l’unité de l’univers.

comme antonyme nous avons la symbiose, car la symbiose est le fait  de communiquer et de s’entraider. Lire la suite...

✩ Cocon ✩

Il est rond ou ovale, vide ou rempli de liquide, de soie ou de chair, permet la naissance ou la renaissance.  Il est simple, rassurant, vital, protecteur et permet l’évolution d’un être vivant. Le cocon une enveloppe protectrice qui se veut rassurante comme les bras d’une mère ou la chaleur d’un plaid.

J’aime ce mot pour sa douceur et le réconfort que l’on peut y retrouver. De même il fait référence au mot  ✩ Introverti ✩ que j’avais déjà analysé précédemment, qui évoquait le besoin d’avoir un espace sécurisant et apaisant pour se ressourcer. Mais ce mot n’est-il qu’une étape de l’évolution du papillon ou n’y a t’il pas une autres façon de le percevoir ? Pouvons nous considérer le ventre de notre mère comme un cocon ? Ce même cocon ne peut-il pas aussi faire du mal, paralyser, entraver ? Lire la suite...

Branche

Branche

Pourquoi est-il important de connaître ce mot.

J’ai choisi d’élargir mes connaissances sur ce mot car il est très polyvalent. Il est employé dans plusieurs domaines tels qu’ en Anatomie, droit, architecture, économie, agriculture, cuisine et en géométrie. Ce mot se révèle avoir plusieurs sens en fonction du contexte dans lequel on l’emploie. Il est également employé dans des expressions courantes. C’est pourquoi il est important de connaître ce mot et de le comprendre malgré ses plusieurs facettes. Lire la suite...

ÉLECTION

Introduction 

À l’heure où la participation aux élections n’a jamais été aussi basse en France ; ce terme au cœur de notre système politique revient comme un élément central lors de débats publics. En effet, les élections sont très présentes dans nos vies qu’elles soient exécutées dans le cadre associatif, politique ou encore personnel. En quoi les élections, issues d’un besoin naturel, droits et devoirs français, mais aussi obligation dans d’autres pays reflètent notre société et garanti nos libertés ? Replongeons-nous dans l’histoire de ce mot afin d’en comprendre les sens et les enjeux. Lire la suite...

Larme

Nous pleurons tous au court de notre vie ; les émotions sont une part de chaque être humain. Pourtant il existe toujours des tabous autour de cette eau salée qui coule sur notre visage lorsque nous sommes tristes, heureux ou encore en colère.

J’aime ces gouttes d’eau, je les trouve si pures et innocentes. Je pleure souvent et je n’ai pas honte de le dire car c’est de cette manière que j’éprouve mes émotions.

Etymologie

Le mot “larme” trouve ses racines dans le mot latin lacrima signifiant lui aussi larme.

Définitions

  • Définition du dictionnaire Larousse : “goutte de liquide aqueux et salé produit par les glandes lacrymales, humidifiant et protégeant la cornée, et éliminé dans les fosses nasales.
  • Définition de Centre National de Ressources Textuelles et Lexicale : goutte de l’humeur liquide, transparente et salée qui s’écoule des yeux sous l’effet d’une atteinte physique douloureuse ou d’une émotion
  • Définition du dictionnaire Le Robert : goutte de liquide salé qui humecte l’œil en permanence, et s’en écoule sous l’effet d’une douleur, d’une émotion.
  • Lire la suite...

    Tremblement

    Pourquoi peut-on avoir besoin de connaître ce terme là ?

    Comprendre le mot “tremblement” est important dans différents domaines. Ça peut être lié à la santé, comme des problèmes neurologiques, ou à la géologie, comme les tremblements de terre. Ça peut aussi exprimer des émotions comme la peur, ou être associé à des choses comme les vibrations dans la technologie. Même les mouvements des plantes peuvent être décrits avec ce terme. En fonction du contexte, ça peut aider à comprendre des sujets comme la santé, la géologie, les émotions, la technologie et la botanique. Lire la suite...

    Aléatoire

    Justification

    Lorsque j’ai regardé les différents mots de l’abécédaire pour voir ceux qui y étaient déjà, j’ai cherché de manière inintéressée, car j’étais fatigué, voulais être tranquille et joué au hasard. C’est ainsi que je me suis rendu compte qu’il manquait deux mots auxquels j’étais particulièrement attaché, car il faisait le sens de deux oeuvres vidéoludiques que j’ai regadé, les mots “Eccho” et “Aléatoire”.

    Ce sont des mots avec des idées particulières dont la notion d’aléatoire qui échappe au contrôle de l’homme me plaisait tellement que j’ai choisi de laisser le hasard choisir pour moi. J’ai donc décidé de tirer à pile ou face pour savoir lequel j’allais étudier.

    Etymologie

    Le mot aléatoire provient du latin aléatorius désignant “jeux de hasard” dérivé de alea qui signifie jeu de dés. Il fut adopté par la langue française en 1596 pour désigner des conditions liées à la chance, ensuite Balzac l’a utilisé comme une situation incertaine en 1837. Il fût employé en fin 19ème dans les maths et la logique comme variable, fonction et évènement liés au concept de probabilité et en 1955 pour désigner l’improvisation dans la musique, l’art et la littérature.

    Définition

    A -Se dit d’un acte juridique dont la particularité réside dans l’incertitude dans laquelle se trouvent les parties quant à l’équivalence de contrepartie qu’elles peuvent espérer. (Dictionnaire Larousse)

    B – Que rend incertain, dans l’avenir, l’intervention du hasard. (Dictionnaire le grand Robert, Balzac 1837)

    C – Grandeur susceptible de prendre un certain nombre de valeurs à chacune desquelles est attachée une probabilité. (CNRTL – TLFi, Birou 1966)

    D – dont la conception ou l’exécution sont fondées sur l’intervention partielle du hasard. (Dictionnaire le Robert)

     

    Synonyme

    Hasard : concours de circonstances, événement inattendu ou inexplicable (produit par le hasard). (CNRTL – TLFi)

    Imprévisible : ce qui ne peut être prévu. (CNRTL – TLFi)

    Ce qui différencie le mot hasard, d’aléatoire c’est leur étymologie. Hasard provient de l’arabe “az-zahr” et aléatoire du latin “aléa”, mais ils désignent tous deux le “jeux de dés”.

    Imprévisible lui désigne le résultat ou l’issue, là où aléatoire désigne l’évenement.

    Antonyme

    Certain : tenu pour assuré, inévitable. (Dictionnaire Larousse)

    Déterminer : se préciser, s’affirmer, prendre forme ou force.  (CNRTL – TLFi, Fromentin 1876)

    Extrait Philosophique

    “La vie est une serie d’évenements aléatoires qui nous défie de trouver un sens dans le chaos” – Albert Camus

    Camus journaliste

    Albert Camus est un écrivain, romancier, journaliste, dramaturge, essayiste et philosophe français, né en Algérie en 1960. En marge des courants philosophiques, Camus incarne une des plus hautes consciences morales du XXe siècle ; l’humanisme de ses écrits ayant été forgé dans l’expérience des pires moments de l’Histoire. Il n’a cessé de lutter contre toutes les idéologies et les abstractions qui détournent de l’humain. Dans un échange rapporté par Jean Daniel, fondateur du Nouvel Observateur, après avoir écouté Albert Camus sans l’interrompre, François Varillon, prêtre et théologien jésuite, lui dit : « Vous n’avez pas la foi, vous n’avez pas le baptême, mais permettez-moi de vous dire que vous n’avez besoin ni de l’une ni de l’autre, puisque vous avez la grâce. »

    D’un point de vue perssonel, cette citation serait une critique envers les chercheurs, philosophes, religieux, scientifiques et hommes qui tentent de trouver une réponse à toute chose basée sur deux des questions qui sont parmi les plus mystérieuses “Quel est le but de la vie et du chaos ?”.  Dans cette citation, Albert Camus fait comprendre que certaines questions n’ont pas de réponses concrètes et qu’il est stupide de vouloir donner une explication à toute chose parce que l’on n’en a pas besoin pour vivre, le monde ne va pas s’arrêter de tourner. C’est en comprenant cette phrase que les chercheurs auront ouvert leurs esprits et que nous pourrons aller de l’avant.

    Illustration

    Vector T-shirt Design With Dice On Fire Royalty-Free Stock Image - Storyblocks

    (conception de tee-shirt vectorielle www.storyblocks.com)

    Cette oeuvre n’en n’ai pas une, car c’est un design pour un vêtement. Elle représente deux dés en feu chacun avec une tête de mort à la place du trois ou du quatre.

    A l’origine, j’aurais voulu une illustration pouvant représenter la mort, dieu ou les deux en train de jouer aux dés, en rapport à la phrase “la mort aime jouer aux dés”, qui évoque l’idée que l’on peut mourir sur un coup de tête du destin ou que tout peut être aléatoire, mais ce fut sans succès. Néanmoins quand j’ai trouvé ce dessin il m’a rappelé que quand on joue aux dés, la victoire et la défaite ne sont pas obligatoirement décidées par le chiffre le plus haut ou le plus bas mais celui que l’on choisit. Dans l’exemple, les faces à tête de mort me font dire que obtenire cette face correspond à la défaite et donc la mort.

    Interprétation personnelle

    A partir des phrases et definitions, j’ai l’impression que c’est un mot simple, qui n’a rien de spécial, mais ce mot représente plus avec cette preuve. “Et si l’aléatoire n’existait pas, si tout pouvait être calculé et prédi par l’homme, le contrôle serait total”. En effet, l’aléatoire c’est ce que l’on ne peut pas prévoir, une force invisible au contrôle de l’homme, et donc une liberté car lui échapant. On essaie de le prédire grace aux lois de probabilité, mais il y a toujours une variable imprévisible qui rend malgré tout le résultat incertain.

    Dailleurs les probabilités sur lequelles les réseaux cherchent à nous emprisonner reposent elles-mêmes sur l’aléatoire. Quel sera la décision de l’Etat, quel film va sortir en premier, vous lisez ce blog et pourtant il y a des chances que vous ne me connaissiez pas. Le dé du hasard roule constamment, alors bannir jusqu’au dé n’est-ce pas bannir l’aléatoire, c’est ce que nous montre “Lust in random”.

    Si vous ne connaissez pas, c’est un jeu video qui se déroule en aléa un monde imaginaire dictatorial où vous incarnez Paire à la recherche de sa soeur ainée Impaire et qui devra à l’aide d’un dé vaincre la despote locale.  Ce qui rend ce jeu spécial c’est son gameplay car pour vaincre la magie il vous faudra la magie de l’aléatoire. Le principe est simple, armé d’un lance pierre vous collectez de l’énergie sur les ennemis, ce qui vous permettra de piocher des cartes, qui se matérialisent en épée, masse, arc en d’autre terme l’arcenal pour un tueur en série. Cependant, pour matérialiser ces cartes, vous devez lancer le dé, le temps se fige. Par exemple, vous faites un deux, c’est faible mais assez pour matérialiser la masse puis vous retournez démolir les monstres et recollecter de l’énergie pour piocher d’autres cartes et relancer le dé. Cette sensation lorsque le temps se fige et que vous priez le dieu du hasard de ne pas faire un, c’est ce qui le rend passionnant, car nos meilleurs coups comme nos pires dépendent des cartes que l’on pioche et du résultat du dé.  Heureusement vous comprendrez que même si vous semblez être en difficulté, la fortune finira toujours par sourire à votre audace, tout cela pour raconter l’histoire d’un monde qui voulait oublier l’aléatoire.

    Oui, ce jeu m’a plu au point de me faire à nouveau embrasser l’aléatoire de mon existence, car comme je l’ai dis au début du blog j’ai décidé à pile ou face le mot dont je parlerais, mais même quand la pièce a désigné l’autre mot, le lancer m’a fait comprendre où mon coeur voulait aller. Comme le montre “Lust in random” ou le jeu du yames, le plus important ce n’ai pas le résultat obtenu mais ce que l’on décide d’en faire et n’est-ce pas ça la vraie beauté de la vie. On cherche toujours à tout contrôler pour ne pas avoir de mauvaise surprise, mais ce qu’il y a de mieux dans la vie ne serait-ce pas “d’improviser avec ce que l’on a” ?

    Zéphir Mary, Terminale STAV Aménagement

    Absorption

    Absorption

     
    Le mot « absorption » est partout dans nos vies, apparaissant à l’école, au travail, à la maison ou même dans nos passions. Cependant, sa véritable compréhension reste souvent floue.
    Comprendre ce terme complexe est essentiel pour transcender les barrières linguistiques et découvrir une  profondeurs insoupçonnées de sens.. Imaginez-vous complètement absorbé dans une expérience le temps et les soucis disparaissent !

    Découvrez comment la simple idée d’absorption peut changer nos vies et nous ouvrir à un monde la recherche de sens rencontre la richesse de l’expérience humaine.

    Étymologie

    Le mot “absorption” a son origine dans le latin ecclésiastique “absorptio” provenant du verbe “absorbere”. Ce terme a été utilisé dans la littérature latine classique pour décrire des processus biologiques tels que l’absorption des nutriments dans le corps. Il a également été utilisé dans le contexte de phénomènes naturels, décrivant l’absorption de liquides par des matériaux poreux. Voici une décomposition de l’étymologie du terme “absorption “:

    1. “ab-” : Ce préfixe signifie “loin de” ou “hors de”. Il exprime l’idée de séparation ou d’éloignement.
    2. “sorbere”: Ce suffixe  signifie “avaler” ou “engloutir”. Ainsi, “absorptio” peut être compris comme le processus d’engloutissement ou d’absorption de quelque chose loin de son emplacement d’origine.

    Ainsi, “absorbere” signifie littéralement “avaler loin de”.

    Définition

     Définition générale : Action d’absorber. ( Le Robert )

  • Domaine de la physique / biologie : En physique, l’absorption fait référence à la capacité d’un matériau à absorber la lumière, le son, la chaleur ou d’autres formes d’énergie.C’est l’action de retenir, d’incorporer ou de faire pénétrer une substance par une autre. Par exemple, dans le contexte de la spectroscopie, on étudie souvent l’absorption de la lumière par des atomes ou des molécules pour en apprendre davantage sur leur structure et leurs propriétés. ( Larousse – dictionnaire de l’académie française)
  • Lire la suite...

    Faux

    Introduction :

    « Tu as faux. » « Tu as tort. » Voici des phrases que j’ai déjà rencontrées, entendues et assimilées. « Une personne fausse », « c’est un faux (tableau) » sont d’autres formulations avec ce mot. C’est un terme avec plusieurs facettes, plus ou moins cachées mais pas forcément négatives. Ce sont ces différentes facettes que je voulais faire découvrir à travers cet écrit.

    Etymologie :

    • Du latin falsus , de fallere (« tromper »)
    • Du latin falx , falcis (« tromper »).

    Définitions :

    • Dictionnaire universel de Furetière (1690): chemin écarté, ou lieu secret par où on se dérobe pour accourcir son chemin, ou éviter la rencontre de quelqu’un
    • Définition du Dictionnaire critique de la langue française (1787-1788): traduit l’idée d’une erreur, d’une opposition ou d’une déviation p. rapp. à ce qui est reconnu vrai, juste
    • Cnrtl: Qui n’est pas conforme ou qui ne se conforme pas à la réalité.
    • Larousse en ligne : Qui n’est pas authentique.

    Citation :

    « Le faux est susceptible d’une infinité de combinaisons ; la vérité n’a qu’une manière d’être », Rousseau, Discours sur les sciences

    Dans cette citation, Rousseau contraste le faux et le vrai avec une antithèse. Il explique que les ‘’faux’’, les mensonges peuvent se créer de différentes manières et que, par ce fait il n’est pas compliqué d’en inventer. La vérité quant à elle, est unique, elle ne peut pas être inventée puisque qu’elle relate des faits s’étant vraiment déroulés. Lire la suite...

    Paroxysme

    Paroxysme

    Etymologie et histoire

    L’étymologie du mot “paroxysme” nous ramène aux racines grecques, où “paroxusmos”, signifiant “irriter” ou “exciter”, a jeté les bases de son évolution sémantique. Le terme a évolué à travers les âges, s’ancrant dans le latin médiéval avant de se fondre dans le français moderne.

    Dans l’histoire, le “paroxysme” a connu des périodes distinctes. Au Moyen Âge, il s’est mêlé à la terminologie médicale, décrivant des accès violents de maladies. Durant la Renaissance, il a émergé dans le vocabulaire rhétorique, dénotant l’apogée d’un discours ou d’une argumentation. La Révolution française a vu le terme s’infuser dans le langage politique, exprimant les moments d’agitation sociale intense.

    Au cours du XXe siècle, le “paroxysme” a trouvé refuge dans la psychologie, décrivant des états d’excitation extrême ou des crises émotionnelles. Ainsi, son parcours linguistique s’entremêle avec les mouvements intellectuels, médicaux, politiques et psychologiques qui ont jalonné l’histoire humaine. En explorant ces époques, nous espérons démystifier les multiples facettes du “paroxysme” au fil du temps.

    Pourquoi ce mot ?

    Le choix du mot “paroxysme” pour cette étude offre une opportunité fascinante d’explorer les multiples facettes d’un terme riche en significations. Cette investigation vise à justifier l’intérêt de connaître le mot “paroxysme” en mettant en lumière son utilisation variée dans divers contextes. Que ce soit dans le langage quotidien, la philosophie, la littérature, ou d’autres domaines, le “paroxysme” évoque des moments critiques, des extrêmes, et des apogées. Comprendre son importance dans ces différents contextes peut permettre une appréciation plus profonde du langage et de la pensée humaine. Cette section sert donc à expliquer pourquoi une exploration approfondie du terme “paroxysme” est pertinente et enrichissante.

     

    Citation Philosophique

    Plongeons dans les mots de Albert Camus, où il nous offre une vision captivante du “paroxysme” au cœur de la révolte humaine. Dans son œuvre, il évoque de manière poignante que “La révolte, chez l’homme, est le refus d’être traité comme une cause, le refus d’être un objet. Elle est l’expression du paroxysme de la conscience” (Albert Camus).

    Cette citation n’utilise pas le terme “paroxysme” de manière anodine. Elle capture l’intensité passionnée de la révolte, marquant un sommet dans la conscience individuelle. Ainsi, le choix du “paroxysme” est particulièrement astucieux, résumant de manière concise et puissante le moment où l’individu s’élève contre la déshumanisation, atteignant un point culminant dans sa compréhension de soi.

     

    Synonymes et Antonymes

    Explorons les nuances du terme “paroxysme” en le comparant à des mots similaires et opposés. Deux synonymes qui partagent des traits communs avec “paroxysme” sont “apogée” et “point culminant”. “Apogée” met l’accent sur le sommet ou le point le plus élevé atteint dans un domaine particulier, tandis que “point culminant” exprime un sommet progressif.

    En contraste, deux antonymes qui évoquent des idées opposées sont “platitude” et “indifférence”. “Platitude” exprime un manque d’intensité ou d’élévation, soulignant une absence de moments saillants. D’autre part, “indifférence” évoque une absence d’émotion ou d’excitation, représentant un état contrastant avec le paroxysme, qui est intrinsèquement lié à l’intensité et à l’émotion. Ainsi, ces synonymes et antonymes d’origine française offrent un éclairage sur les nuances du “paroxysme” dans divers

     

    Illustration 

    Cette image représente pour moi parfaitement le mot paroxysme simplement par les caractéristiques visuels qu’elle détient. On y voit un homme allongé dans des escaliers semblant épuisé et a cette sensation est rajouté une forte lumière. Cette lumière qui vient frapper son corps. Cela donne une impression d’élévation du personnage. Ses forces manquent mais il semble surtout en avoir atteint les limites, le maximum de celle-ci, son âme est a son paroxysme. Cela marque également l’état dans lequel peut se trouver une conscience après avoir atteint son paroxysme (rappel à la citation de Albert Camus).

     

    Mon interprétation personnelle

    Mon attrait pour le terme “paroxysme” s’enracine dans plusieurs facettes. Tout d’abord, j’apprécie les mots complexes, et celui-ci offre une richesse sémantique à explorer en profondeur. En outre, il incarne l’idée stimulante de se dépasser, de franchir ses propres sommets, ce qui m’attire particulièrement.

    De plus, l’évocation des limites maximales présentes dans “paroxysme” correspond à mon intérêt pour l’exploration des extrêmes, repoussant constamment les frontières. Enfin, ce mot, fort en sens, transporte une charge émotionnelle et intellectuelle significative, faisant de chaque utilisation une expérience linguistique intense. Ainsi, mon attrait pour “paroxysme” repose sur sa capacité à encapsuler des concepts puissants tout en suscitant une passion constante pour la richesse du langage

     

    Eliott.Roozemond