Tous les articles par Angèle Provost

La solidarité et son avenir incertain.

Le monde entier se bat actuellement contre un nuisible invisible, nommé le Coronavirus. En effet, cette bactérie nous met à rude épreuve…. La solidarité est plus que nécessaire en cette époque, et il est de notre devoir à tous de faire en sorte que cette crise mondiale se termine le plus rapidement possible. En lien avec la période que nous vivons, nous pouvons nous demander : « Où en est la solidarité aujourd’hui ? Va t-elle perdurer à la suite du confinement? ».  Nous montrerons que même si cette entraide est aujourd’hui présente, il y a peu de chance pour cela se poursuive.

 

Une solidarité mise à l’épreuve.

Suite à une crise économique et à la perte de confiance envers les partis politiques, la solidarité a connu un déclin au cours de ces dernières années. En effet, un tel contexte n’appelle pas à la l’entraide, mais plutôt à une individualisation, où chacun fait au mieux pour sauver sa peau. Cependant, dans une situation pareille, il est plus que primordiale que la solidarité soit remise au goût du jour. Elle est d’ailleurs très simple à exercée, puisqu’il suffit seulement de rester chez nous, et d’appliquer les règles d’hygiène imposées par l’Etat.  Aujourd’hui, le simple fait de respecter ces règles fait acte de solidarité. De plus, tout le personnel hospitalier, ainsi que les personnes continuant à travailler malgré ses conditions participent tout particulièrement à cette entraide. De nombreux dons sont également effectués pour venir en aide aux hôpitaux en difficulté. En additionnant ces différents facteurs, nous pouvons prétendre que la solidarité est aujourd’hui à son apogée.

 

Une solidarité pourtant éphémère.

Malgré une solidarité prépondérante sur l’ensemble de la planète, nous pouvons déjà dire qu’elle n’est pas égale pour tous. En effet, même si il s’agit d’une minorité, certaines personnes n’ont aucun scrupule à sortir de chez eux sans raison valable, sans penser aux conséquences, de manière égoïste. Nous payons tous les frais de ses sorties provoquant la prolongation de ce confinement. Nous pouvons donc en déduire que l’entraide n’est pas solide et pas totalement encrée. Nous pouvons alors nous poser des questions quant à l’avenir de celle ci. Va t-elle perdurer dans le temps ? Si on en croit les faits historiques, les chances sont très faibles…. Par exemple, si on se réfère aux différentes Guerre Mondiales qui ont eu lieu au cours de l’histoire, durant les quelles la solidarité était plus que présente, qu’en est-il aujourd’hui ? Nous pouvons penser qu’à partir du moment où chacun retrouve sont train de vie habituel, la solidarité risque fortement de se retrouver en arrière plan, comme elle l’était avant cette crise mondiale.

Pour conclure sur ce sujet, nous pouvons dire que malgré une solidarité à son apogée, elle a de grande chance d’être remise en cause suite à cette période si particulière que nous vivons aujourd’hui.  Mais avant de penser à son futur, il faut se concentrer sur la solidarité et son présent. En effet, nous devons nous efforcer de continuer de respecter les règles fixées par l’Etat afin de sortir de cette bataille contre l’invisible au plus vite.

 

Le chant de la forêt : une chanson solidaire ?

« Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines. » Cette citation de Marcus Garvey résume bien le fait qu’une société se doit d’être soudée pour fonctionner. La société actuelle est elle solidaire ? Malgré toutes les associations qui viennent en aide aux personnes en difficulté et l’entraide dont la population fait preuve, nous pouvons dire que la société aujourd’hui est solidaire. Cependant, elle a encore des progrès à faire, notamment du point de vu de la compétition entre les individus. Mais qu’en est-il de la forêt ? On dit souvent que les arbres communiquent entre eux et s’entraident. Est ce le même cas pour une société humaine?  Nous montrerons que la forêt n’est pas le modèle parfait pour une société solidaire .

Tout d’abord, pouvons nous confirmer qu’une forêt et les individus qui la composent s’apparentent à une société ? A partir du moment où les animaux et les végétaux d’une forêt communiquent entre eux de différentes manières, nous pouvons approuver le fait qu’une forêt peut être comparée à une société humaine. Maintenant, il nous reste à étudier le caractère solidaire d’une société de la forêt.

Une faune individualiste

Nous pouvons affirmer que la faune est solidaire, seulement elle l’est uniquement envers les membres de son espèce. Prenons l’exemple d’un animal comme le renard. Les renards feront tout pour subvenir aux besoins de leurs petits renardeaux.  C’est en cela que l’on peut dire que la faune forestière est solidaire.  Cependant lorsque l’on parle d’entraide entre les différentes espèces, on se rend compte que celle ci  n’existe pas. Elles s’entre-tuent afin de pouvoir survivre et font donc preuve d’individualisme.  Elles sont solidaires exclusivement envers leurs semblables.

Mais la faune n’est pas l’élément central de la forêt…..

Une flore solidaire

Tout d’abord, il faut savoir que les arbres communiquent entre eux, grâce à leur racines, et plus particulièrement grâce à un champignon, sous forme de millions de petits filaments blancs, qui relient tout les arbres entres eux. Il faut savoir que la communication consiste en l’échange d’informations entre différents individus.

On parle d’un véritable réseau à travers lequel les arbres reçoivent différentes informations. Mais de quelles informations s’agit il ? La plupart du temps, il est question de message d’alerte. Les arbres sont capables d’établir une réelle stratégie pour pallier à un danger. Par exemple, lorsqu’un animal vient grignoter les feuilles d’un arbres, l’arbre va directement envoyé un message d’alerte aux arbres environnants, ce qui va les permettre de se protéger. En effet, les arbres vont grâce à ce message fabriquer des anticorps, qui rend leur propres feuilles immangeables pour les animaux.

 

De plus, quand un arbre est malade, en situation de détresse, voir proche de la mort, les autres arbres vont alors se mobiliser et donner les nutriments nécessaires à l’arbre malade grâce à leurs racines.

Nous pouvons donc confirmer par ses deux points que les arbres d’une forêt sont solidaires entre eux.

Pour conclure, nous pouvons donc dire que la forêt constitue une société solidaire. Néanmoins, il y a une limite à affirmer que la forêt soit un modèle à suivre pour la société humaine. En effet, une entraide à lieu, mais uniquement entre les individus d’une seule et même espèce. Dans le cadre d’une société humaine, aucune différenciation ne devrait avoir lieu.

Entre la loi de la nature et la vie en société humaine, un écart se creuse ….

Une union furtive.

Diderot et Rousseau sont deux philosophes du siècle des Lumières, et tout deux sont en désaccord quant au pouvoir unificateur du théâtre. En effet, Diderot pense que le théâtre permet d’unir les individus et ainsi de former un peuple, contrairement à Rousseau qui s’oppose à cette idée. Mais qui de Rousseau ou Diderot a raison ? Dans cet article nous montrerons que même si les deux points de vue sont défendables, une union définitive est difficile à envisager.

Un théâtre unificateur

Nous pouvons, à l’image de Diderot, penser que le théâtre donne lieu à la formation d’un peuple.  Dans la mesure où chaque individu vient voir la même pièce de théâtre, on peut en déduire que les spectateurs partagent les mêmes goûts, les mêmes intérêts artistiques, voire des opinions politiques semblables. Ainsi, durant le spectacle, les membres du publics vont inévitablement être amenés à partager des émotions et des sentiments communs selon l’ambiance donnée par les acteurs, à savoir de la joie, du rire, des larmes, de la colère, etc. Nous pouvons également penser que le simple fait de se rassembler dans un même lieu suffit à la création d’un peuple. Prenons l’exemple du roman de Jean Claude Carrière, La Controverse de Valladolid, adaptée au théâtre. Lorsque qu’on va voire ce type de pièce, cela provoque inévitablement un débat au sein du publique, ce qui va venir créer différents peuples selon le point de vue de chacun.

Une symbiose éphémère.

Etant donné qu’une pièce de théâtre est jouée sur un instant précis, nous ne pouvons pas dire que le théâtre ait un pouvoir d’union éternelle. En réalité, cette fusion entre les spectateurs prend fin à partir du moment où le spectacle est terminé.  En effet, il est impossible que chaque individu ait le même ressenti sur ce qu’il vient de voir. C’est dans cette mesure que le peuple formé se trouve divisé.  Chacun interprète la pièce à sa manière, et reçoit le message de l’histoire à sa façon.  On peut également dire de cette thèse que dans la mesure où après le spectacle, tout le monde rentre chez soi, le peuple se retrouve fatalement désuni. Par exemple, après une pièce ayant pour but le pure divertissement, comme Art de Yasmina Réza, aucune division n’a lieu au sein du public, qui se contente d’assister au spectacle sans forcément réfléchir.

Nous pouvons ainsi affirmer que le théâtre permet d’unir les individus et former un peuple, cependant il s’agirait d’un peuple fragile, temporaire, passager, furtif, éphémère.

 

 

Heinz: condamné à la prison pour un acte de bienveillance

Pourquoi ce procès fait-il tant  débat? Suite au vol d’un médicament pour sauver sa femme gravement malade, Heinz a été arrêté et un procès est en cours… Que faire ? Condamner Heinz à la prison ? Ou lui laisser sa liberté, car voler ce médicament pour sauver sa femme est complètement humain ? Nous montrerons qu’il est inconcevable de condamner cet homme à la prison.

Un acte qui sorti de son contexte mérite la condamnation

En effet, le vol est un crime qui est puni par la loi. Heinz a bien volé ce médicament. Il s’agit d’ailleurs d’un médicament extrêmement rare, avec donc un prix très élevé. Selon l’article 311-3 du code pénal, le vol est puni de 3 ans de prison et d’une amende de 45 000 euros. Heinz devrait effectivement être puni et purger sa peine de prison comme pour un vol ordinaire. Toutefois, remettons les événements dans leurs contextes: qu’est ce qui a poussé cet homme à commettre ce crime ? Pourquoi cette affaire créer-t-elle autant de débat ?

Un crime justifié

Ce procès fait débat car il oppose le point de vue judiciaire du point de vue humain. Il est vrai que Heinz est en tord. En revanche, si on s’attarde aux raisons qui ont provoqué ce vol, on prend conscience qu’il faut accorder plus de souplesse à cet homme. Voler par amour, est un fait totalement humain, que tout le monde ferai pour sauver sa femme. Ce sont des raisons légitimes que les juges doivent prendre en compte dans leur prise de décisions finale. C’est certain que cet homme est pleinement conscient de ce choix de voler le médicament. Il est donc important que les juges fassent la distinction entre le crime commis et le contexte autour de celui ci. Il ne faut également pas oublier le cas du pharmacien qui refuse catégoriquement d’aider Heinz à sauver sa femme, par peur de perdre son travail. Seulement cet acte pourrai être perçu comme non assistance à personne en danger. Il faudrait donc également se pencher sur le cas du pharmacien, pour revoir ensuite la peine de Heinz. Qui est le plus coupable dans l’histoire ?

Une sanction adaptée aux circonstances

Il est donc flagrant que Heinz doit être sanctionné, mais à d’autres peines, pour lui montrer que le vol est un crime. Car sa femme a de toute évidence besoin de lui, elle ne peut pas surmonter la maladie seule. Une amende serai inappropriée puisque s’il n’a pas les moyens de payer un médicament, il ne pourra pas payer l’amende de toute évidence. La sanction la plus appropriée serait par exemple des travaux d’intérêt généraux.

Heinz a sauvé sa femme,

Heinz doit être défendu,

Heinz ne doit pas aller en prison,

Heinz doit être libre.

De la ville du Mans au Sénégal, la solidarité s’opère.

La ville du Mans a crée une association    : les Mans’Zelles.

Il s’agit d’une association féminine, qui participe à des courses solidaires, afin de distribuer des fournitures scolaires aux enfants sénégalais. Une course est d’ailleurs prévue en Mars 2019, vous pouvez faire vos dons grâce au second lien çi dessous.