La solidarité et son avenir incertain.

Le monde entier se bat actuellement contre un nuisible invisible, nommé le Coronavirus. En effet, cette bactérie nous met à rude épreuve…. La solidarité est plus que nécessaire en cette époque, et il est de notre devoir à tous de faire en sorte que cette crise mondiale se termine le plus rapidement possible. En lien avec la période que nous vivons, nous pouvons nous demander : « Où en est la solidarité aujourd’hui ? Va t-elle perdurer à la suite du confinement? ».  Nous montrerons que même si cette entraide est aujourd’hui présente, il y a peu de chance pour cela se poursuive.

 

Une solidarité mise à l’épreuve.

Suite à une crise économique et à la perte de confiance envers les partis politiques, la solidarité a connu un déclin au cours de ces dernières années. En effet, un tel contexte n’appelle pas à la l’entraide, mais plutôt à une individualisation, où chacun fait au mieux pour sauver sa peau. Cependant, dans une situation pareille, il est plus que primordiale que la solidarité soit remise au goût du jour. Elle est d’ailleurs très simple à exercée, puisqu’il suffit seulement de rester chez nous, et d’appliquer les règles d’hygiène imposées par l’Etat.  Aujourd’hui, le simple fait de respecter ces règles fait acte de solidarité. De plus, tout le personnel hospitalier, ainsi que les personnes continuant à travailler malgré ses conditions participent tout particulièrement à cette entraide. De nombreux dons sont également effectués pour venir en aide aux hôpitaux en difficulté. En additionnant ces différents facteurs, nous pouvons prétendre que la solidarité est aujourd’hui à son apogée.

 

Une solidarité pourtant éphémère.

Malgré une solidarité prépondérante sur l’ensemble de la planète, nous pouvons déjà dire qu’elle n’est pas égale pour tous. En effet, même si il s’agit d’une minorité, certaines personnes n’ont aucun scrupule à sortir de chez eux sans raison valable, sans penser aux conséquences, de manière égoïste. Nous payons tous les frais de ses sorties provoquant la prolongation de ce confinement. Nous pouvons donc en déduire que l’entraide n’est pas solide et pas totalement encrée. Nous pouvons alors nous poser des questions quant à l’avenir de celle ci. Va t-elle perdurer dans le temps ? Si on en croit les faits historiques, les chances sont très faibles…. Par exemple, si on se réfère aux différentes Guerre Mondiales qui ont eu lieu au cours de l’histoire, durant les quelles la solidarité était plus que présente, qu’en est-il aujourd’hui ? Nous pouvons penser qu’à partir du moment où chacun retrouve sont train de vie habituel, la solidarité risque fortement de se retrouver en arrière plan, comme elle l’était avant cette crise mondiale.

Pour conclure sur ce sujet, nous pouvons dire que malgré une solidarité à son apogée, elle a de grande chance d’être remise en cause suite à cette période si particulière que nous vivons aujourd’hui.  Mais avant de penser à son futur, il faut se concentrer sur la solidarité et son présent. En effet, nous devons nous efforcer de continuer de respecter les règles fixées par l’Etat afin de sortir de cette bataille contre l’invisible au plus vite.

 

Une réflexion sur « La solidarité et son avenir incertain. »

  1. Même remarque que pour l’article précédent : la problématisation n’est pas assez claire. Pourquoi y a-t-il un risque que ce mouvement de solidarité que vous annoncez bien (bonne amorce, titre clair et percutant) ne perdure pas dans le temps ?

    De façon générale, la thèse est très claire, mais pas assez discutée. Posez des questions, faites des nuances, demandez-vous ce que pourrait vous répondre quelqu’un qui ne serait pas d’accord avec vous.
    Quant au choix des arguments, vous avez tendance à ne prendre que des arguments d’expérience. Le lien avec les guerres mondiales est pertinent, mais pas assez explicités. Il manque des arguments sur le sens des mots et, surtout, un ou deux arguments d’autorité.

    Eviter les familiarités du type « sauver sa peau ». Rappel de grammaire : « si + il » = « s’il » ; « si + on » = « si l’on » (ce sont des règles d’euphonie).
    Revoir les homonymes (encrer/ancrer).

    Poursuivez votre travail sérieux ; c’est toujours très intéressant de vous lire ! Je vous espère bien en forme et j’espère pouvoir vous retrouver dans un mois au lycée…

Laisser un commentaire