Soyons, ou sommes-nous solidaires ?

Quand nous avons pris connaissance du Covid-19, quand ce virus est apparu le 17 novembre 2019, nous étions loin d’imaginer la situation actuelle. Loin d’imaginer une telle ampleur. Loin d’imaginer un confinement, qui, depuis, nous a fait réaliser la gravité de cette situation. M.Macron l’a dit : « l’épidémie du COVID-2019 était peut-être pour certains d’entre vous une idée lointaine, elle est devenue une réalité immédiate, pressante. » L’Etat fait donc appel à un comportement des plus considérables de notre part, auquel cas il se verrait renforcer son « côté gendarme ». Toutefois, est-ce à l’Etat de nous dicter notre comportement? La solidarité ne nous est-elle donc pas innée ? Nous avons une conscience, nous sommes donc capables de peser le bien et le mal, et bien agir envers autrui. Pour répondre à ces questions, nous montrerons que certes, l’Etat est là pour nous défendre et nous guider, mais qu’il ne faut pas non plus oublier que ses citoyens sont avant tout des Humains dotés d’une conscience.

 

La vertu citoyenne

Nous faisons face actuellement à une crise sanitaire sans précédent, nous sommes en « guerre ». Nous devons nous attendre à une crise de longue durée, on doit s’y préparer. On doit se protéger et protéger autrui.  Nous devons contrer ce virus. Oui, la première fonction de l’Etat est de nous défendre dans ce genre de situation, afin qu’on puisse vivre en paix et en sécurité. Il se doit d’être là, c’est une certitude. Peu de temps après avoir pris connaissance de l’arrivée de ce virus, l’Etat a pris des mesures pour que nous puissions éviter tout contact avec ce micro-organisme, ou du moins, IL essaye.  Depuis 2 mois, notre mode de vie n’est plus du tout le même qu’à la normale, et ce, pour longtemps encore.  C’est pourquoi, la vertu citoyenne, cette philosophie politique, doit refléter un comportement de vrai citoyen, respectueux, propre à la société civile. L’Etat nous l’ordonne. Comme dit précédemment, la première fonction de l’Etat est la protection envers son territoire, mais il assure également une police au service de tous. Cet Etat gendarme a été renforcé, et nous l’avons remarqué. Certes, le confinement et le respect d’autrui ne seront pas sans querelles. Cependant, concernant la solidarité, qui est un « trait de caractère », est-ce vraiment à l’Etat de nous dire comment agir envers autrui ? Autrement dit, la solidarité ne nous est-elle pas innée ?L’Etat doit-il ordonner à tous ses citoyens d’être solidaires, pour leur donner bonne conscience ?

« L’Homme naît bon, c’est la société qui le corrompt », disait Rousseau. En effet, cela voudrait dire que c’est la société qui fait ressortir le côté mauvais de l’homme.

 

dissimule notre nature

Nous sommes Humains, nous sommes bons, avant tout. Comme dit précédemment, des querelles existent, il y en aura toujours. Cependant, comme dirait Pierre Desproges, « L’homme est un être doué d’intelligence ». C’est un être doté d’une perception émotionnelle, qui est instinctive et inconsciente et fait donc appel à des sentiments, et ceux-ci sont parfois inexplicables. Il est important de ressentir des émotions puisque c’est naturel, celles-ci permettent nos motivations, nos intérêts, et donc de l’entraide envers autrui. Cette nature va nous permettre d’évaluer une situation et nous oblige à réagir, selon celle-ci. De plus, l’homme vit en société, il est habitué à vivre en groupe, l’entraide est donc quelque chose de normal, quelque chose d’évident. Il est donc naturel, que dans une telle situation de crise où l’on ne voit pas encore le bout du tunnel, on s’entraide. Depuis le début de cette crise, partout dans le pays, les Français viennent en aide aux plus vulnérables, ils se mobilisent. Par exemple, dans les immeubles, des mots manuscrits ont été déposés pour proposer différents services, comme la garde d’enfants aux courses. De plus, des dons se font, pour permettre de lutter contre l’exclusion, afin de venir en aide aux personnes qui sont le plus à risque de subir les conséquences cette crise. Par ailleurs, une autre forme de solidarité est née depuis, les personnes soignantes, sont applaudis et encouragées chaque soir, pour leur dévouement. Le gouvernement ne devrait donc pas nous dire comment nous comporter, puisque nous comprenons la situation, et sommes capables d’être solidaires. Le côté bon de l’homme ressort pendant cette crise, même si certaines personnes restent indisciplinées, il y aura toujours des exceptions.

L’Etat influence notre comportement, comme s’il n’avait pas conscience de notre nature…

 

*****

Le rôle premier de l’Etat est de nous protéger, il est donc tout à fait normal qu’elle dise à ses citoyens d’être solidaires. Cependant, nous l’ordonner, est bien dommage, quand on sait que l’homme n’est pas « stupide » de nature. Nous sommes responsables, nous le savons. Nous savons aussi ce qu’est la discipline, même si certains tendent à rester indisciplinés…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire