Archives par mot-clé : presse

Notoriété vs Bonheur – vous devriez vous méfier du temps médiatique…

Cet article aurait pu avoir pu avoir pour titre « Rami ADHAM – 7h29 de bonheur ». En lisant la suite, vous découvrirez comment Rami passe de la gloire à la « déchéance » en une petite journée… Vous noterez que s’il est déchu médiatiquement il n’en reste pas moins vivant dans le monde réel.

En ce 14 novembre 2016, lors d’une pause, je tombe sur l’article du Figaro – rubrique International – en date du 21 octobre 2016 – 9h :

passeur

Depuis 2011 et le début de la guerre en Syrie, ce natif d’Alep, installé à Helsinki depuis 1989, s’est rendu 28 fois dans son pays d’origine. A chaque fois, les bras remplis de jouets et de cadeaux, il risque sa vie pour redonner le sourire aux enfants victimes des frappes aériennes.

De notre correspondante au Moyen-Orient

On le surnomme «le passeur de jouets». A l’heure où 5 millions de Syriens ont pris la route de l’exil, Rami Adham n’a qu’une obsession: faire le chemin inverse pour livrer poupées et peluches aux enfants de la guerre. Tous les deux mois, ce natif d’Alep, installé à Helsinki depuis 1989, repart en Syrie, le sac chargé de ces «petits riens qui font sourire les gamins». L’odyssée est à haut risque: après avoir atterri en Turquie, il lui faut traverser clandestinement la frontière. Le long de ce bandeau de quelque 900 kilomètres qui sépare les deux pays, la police est aux aguets. De l’autre côté, le danger est encore plus criant: Alep agonise sous les bombes, Raqqa est otage de Daech. Parfois, les sentiers sont minés. Souvent, le ciel gronde au passage des avions syriens, turcs, américains…

J’imagine que la suite de l’article est tout aussi élogieuse… mais comme cette suite est réservée aux abonnés du Figaro, je ne peux accéder au 75% restant.

Mais le même jour, vous pouviez aussi trouver toujours sur le site du Figaro – rubrique Flash-Actu – en date du 21 octobre 2016 – 16h29

passeur2

Un Finno-Syrien surnommé « le passeur de jouets » en raison de ses bonnes oeuvres en faveur des orphelins d’Alep est soupçonné de détournement de fonds, a-t-on appris aujourd’hui auprès de la police finlandaise.

Installé en Finlande depuis 1988, Rami Adham, 42 ans, revient fréquemment dans sa ville natale pour apporter ours en peluches, poupées, médicaments et argent aux enfants de la cité assiégée, dont les quartiers Est sont soumis à un déluge de feu des aviations russe et syrienne. Mais la police finlandaise a indiqué avoir reçu des informations de personnes accusant ce père de six enfants d’avoir détourné des dons à son profit. Selon le quotidien Helsingin Sanomat, l’orphelinat syrien Alkefah ferait partie des accusateurs.

« Une procédure préliminaire est en cours et nous déterminerons dès que possible s’il y a matière ou non à enquêter sur un délit », a indiqué à l’AFP l’inspecteur-chef Tero Haapala, du Bureau central de la police criminelle. Les enquêteurs s’intéressent également aux écrits de Rami Adham sur les réseaux sociaux pour savoir s’il a pu y proférer des « propos haineux » ou tombant sous le coup de « l’incitation à la haine contre un groupe ethnique » après que, d’après des médias locaux, il eut visé les chiites.

Helsingin Sanomat affirme par ailleurs qu’il aurait inventé de toutes pièces, photo truquée à l’appui, une blessure subie d’après lui lors d’un bombardement afin d’attirer l’attention médiatique et encourager les dons. Rami Adham récuse ces allégations. L’AFP a cherché en vain à le joindre. D’autres médias ont révélé qu’il avait été condamné à plusieurs reprises par le passé pour violence et dans des affaires de dopage.

Et pour ceux qui recherchent toujours la source, la voici… en finlandais 😉 – mais vous pouvez utiliser un traducteur automatique.

http://www.hs.fi/ulkomaat/a1476942210831

 

Les attentats, Fox News et… le petit journal…

Cela commence comme un conte, mais ça inquiète un peu… Voir la vidéo du dessous.

Info transmise par un ami – Raphaël, via un téléphone…  autre vecteur d’information donc…

Je cherche l’email de FoxNews et je reviens mettre à jours…
et bien je n’ai trouvé que cela:
yourcomments@foxnews.com

Pour la suite du conte « NoGoZones », vous pouvez survoler la vidéo et faire <+> ce qui donne accès aux autres « Petit journal » de Canal+…

Acheter en ligne – Entrée en vigueur de la loi HAMON

L’exercice est délicat mais vous pouvez y arriver…

L’idée de cet article débute par la lecture de  http://ipa-troulet.fr/wordpress/notre-protection-par-loubli-dinternet/ où l’on apprend qu’il faut protéger nos données personnelles et entre autre les 16 chiffres de notre jolie carte bleue.

Puis l’aventure se poursuit au CDI du lycée avec la découverte page 60 du magazine « Que choisir » n°531 de décembre 2014 d’un article dans la rubrique Conso Pratique : Bien acheter en ligne. Là je repense à mes 16 chiffres, à ma carte qui n’est pas tout à fait bleue, et à mes quelques achats en ligne… En lisant la page, je tombe sur l’information fondamentale: « Entrée en vigueur de la loi Hamon » (qui n’a rien à voir avec Amon, le dieu égyptien…  bien qu’en lisant ce qui suit, son coté « Inconnaissable » peut faire penser à un fil conducteur…) Continuer la lecture de Acheter en ligne – Entrée en vigueur de la loi HAMON

L’Internet a bouleversé les conditions de travail des journalistes

Un journaliste, lors des Jeux olympiques de Pékin.

Avec l’arrivée des nouvelles technologies, mais surtout des réseaux sociaux, toute personne ayant un accès à internet peut avoir accès quand il veut où il veut à l’information. Pour répondre à cette omniprésence de l’information, les journalistes doivent travailler plus, mais surtout plus vite. La fatigue des journalistes due à leur travail a augmenté. C’est ce qui ressort d’un enquête réalisée entre juin et septembre 2010. Mais une autre information est ressortie : la crise de la presse fait que de nombreux journalistes pensent quitter le métier alors que celui-ci attire toujours les jeunes.

http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2011/06/08/l-internet-a-bouleverse-les-conditions-de-travail-des-journalistes_1533689_3236.html

Internet peut-il tuer la presse ?

Bruno Patino, directeur de France Culture, ex-patron du Monde interactif, livre son diagnostic au terme des Etats généraux de la presse écrite, dont il a animé l’une des commissions.

Internet est-il pour la presse écrite une planche de salut, un relais de croissance, ou rien de tout cela ?

Nous assistons depuis quinze ans, date de l’apparition du premier navigateur sur le Web (alors Netscape), à la constitution d’un univers en constante expansion, qui attire désormais près de 1,3 milliard de personnes sur la planète. Il y a eu plus de changements ces trois dernières années, dans l’univers numérique, que lors des douze premières. Rappelons que 6 des 10 principaux sites mondiaux n’existaient pas encore voilà trois ans. Ce big bang a pour la presse écrite deux conséquences importantes. D’abord, la fragmentation des usages, avec l’utilisation par le consommateur d’écrans multiples et nomades. Le deuxième impact, c’est la polarisation. Quand il y a dix ans un même individu pouvait lire jusqu’à quatre hebdomadaires par semaine, il n’en lit plus aujourd’hui qu’un seul.

Comment se comportent les lecteurs ?

Ils sont de plus en plus infidèles et de moins en moins nombreux en raison, là encore, de la généralisation de cette pratique de butinage. Si bien qu’à présent ce sont les modèles industriels, fondés avant tout sur une augmentation permanente des ventes et sur une régularité de consommation, qui sont les plus menacés. Dans cet univers, il n’est pas surprenant de constater que la presse quotidienne est la branche la plus touchée, en particulier la presse nationale, en France comme dans le monde occidental. L’expansion est partout menacée, la régularité l’est aussi et la prévisibilité l’est encore plus. On a vu le Chicago Tribune, le Los Angeles Times se déclarer en situation de faillite et le New York Times hypothéquer son siège social. Avec cette question : quel va être le premier mort ?

D’après  pour L’EXPRESS